Biennale de Lyon 2022 Art Contemporain,
Vieux-Lyon en résonance

23 septembre – 20 novembre 2022

Manifesto of Fragility du Vieux-Lyon, Site du patrimoine mondial :
Revivre par l’art

PARCOURS ARTISTIQUE DANS LE VIEUX-LYON, SEIZE LIEUX :
23 SEPTEMBRE-20 NOVEMBRE 2022

Un parcours artistique d’installations in situ d’art urbain dans le  Vieux-Lyon (Cour du Palais épiscopal St-Jean / Oratoire du Diocèse Catholique de Lyon + Montée du Garillan et Montée des Chazeaux), et d’expositions d’art contemporain dans treize lieux de vie dans le Vieux-Lyon (restaurants, hôtels, et ateliers d’artisan)

1-Cour du Palais épiscopal  Saint-Jean/Oratoire du Diocèce Catholique de Lyon : 6 avenue Adolphe Max
2-Montée des Chazeaux : 40 rue du Boeuf   
3-Montée du Garillan : 1 place du Petit-Collège, et  24 montée St-Barthélémy
4-Cour des Loges : 6-10 rue du Boeuf
5- Têtedoie : 4 rue du Professeur Pierre Marion  
6-Le Bavard : 1 quai Romain Rolland
7- Le Bouchon Rouge : 2 rue des Trois-Maries
8-Grive : 1 rue du Vieil Renversé, angle place Benoit Crépu
9- Food Traboule : 22 rue du Boeuf
10-Le Bœuf d’Argent : 29 rue du Bœuf 
       (et 10a-Atelier Fabienne Amiel : 35 montée du Gourguillon)
11-Mandragore boutique : 52 rue St-Jean
12-L’atelier de Saint-Paul : 10 rue Juiverie

RENCONTRES  UN. E ARTISTE – UN.E ARTISAN (en partenariat avec l’association So Vieux-Lyon) : 
13- Vitrail Saint-Jean l’Art-Elier : 23 rue du Boeuf
14-Terres d’Eve : 31 rue du Boeuf
15- Broderie Haute Couture Elisabeth Gasbarre : 3 rue des Antonins
16-La Tribu des Gones : 22 rue St-Jean


1-Vieux-Lyon, Cour du Palais épiscopal  Saint-Jean/Oratoire du Diocèse Catholique de Lyon :

Exposition David DECAMP : CHEMIN DE CROIX SANS CROIX
Courtesy Galerie La Forest Divonne (Paris-Bruxelles)

14 tableaux et une rosace exposés dans les deux grandes fenêtres du Diocèse Catholique de Lyon et visibles de l’extérieur.
Artiste autodidacte (né en 1970), proche de l’Art Brut, David Décamp emploie des matériaux qui ont souvent une valeur autobiographique : le bois, l’os, le plomb, comme le feutre ou la graisse dans l’œuvre de Beuys.
Concernant l’exposition dans le Vieux-Lyon en Résonance de la Biennale de Lyon 2022 d’art contemporain, le choix  de l’œuvre « Chemin de croix sans croix »   est tout particulièrement approprié : une série de quatorze bas-reliefs réalisés en béton (40x30x10cm) symbolisant les 14 stations du Christ est  exposée, une sorte de « chemin de croix, sans croix », « où la figure du Christ, mêlée aux branchages enchevêtrés, incarne l’homme contemporain menacé lui-même par sa propre destruction de la nature.
Accompagnant l’ensemble et symbolisant la couronne d’épines avec le Christ en son centre, une rosace intitulée «Le Flamboyant », réalisée aussi en béton avec moulages d’oiseaux et de branchages, vient compléter cet œuvre.
(Avant-propos, catalogue expo David Décamp, Galerie La Forest Divonne, Paris, 2021).
https://www.galerielaforestdivonne.com/fr/accueil/

Rosace « Le Flamboyant », David Décamp

2-Vieux-Lyon, Montée des Chazeaux :

Fresque au sol  de BLEG
Création éphémère de BLEG, jeune scène artistique lyonnaise, omart

Son dessin automatique est guidé par le vocabulaire symbolique et graphique qu’il a développé, et il présente ses créations comme des « poèmes visuels » que le public peut ensuite essayer de déchiffrer.
La création proposée dans la montée des Chazeaux est le fruit d’une réflexion sur le site, son histoire et ses contraintes. La première contrainte est l’existence de la fresque au sol de Eltono (2019). A la place d’être un frein, il s’agit ici du premier guide qui va permettre de composer sur le sol, puisqu’après repasse et épaississement léger des lignes colorées de l’oeuvre existante, cette structure composera le squelette de la fresque. Les lignes existantes seront ensuite assemblées au graphisme de Bleg, connectant les différentes représentations de personnages humains, chutant sur le glacis de béton de la pente, s’écoulant comme l’eau par temps de pluie. L’idée est aussi ici de faire un lien avec l’escalier qui monte sur ce site, très passant. En représentant cette foule de personnages humains qui chutent dans cette pente en béton, on vient symboliquement s’opposer à la force déployée par les piétons qui montent les marches. Le résultat final est une sorte de drapé graphique de lignes blanches sur un béton gris et hétérogène, venant s’intégrer à la fois au site et à sa nature hydraulique, ainsi qu’aux traces de la fresque éphémère  pré-existante.
https://omart.fr/


3-Vieux-Lyon, Montée du Garillan :
Fresques murales éphémères de Gaspard MARIOTTE, jeune scène artistique lyonnaise, omart

Après observation des lieux, j’ai jugé intéressant d’habiller les murs de manière opportune, afin de créer un fil conducteur qui accompagne le public empruntant ces escaliers, en montée ou en descente. Pour cela je propose six éléments de part et d’autre de la montée, représentant des végétaux et des personnages, à échelle humaine. Ils sont tous unis par le trait coloré dans un camaïeu de bleus, à la fois subtil et contrastant avec l’aspect jaune/orangé des murs. L’objectif de cet habillage artistique ponctuel est de donner un élan de vie à l’escalier, notamment grâce à une harmonie des couleurs peintes.  Les actions des personnages sont des instants fugaces : une pause d’une femme, assise au cours de la montée, la prise instantanée d’une photo par un visiteur, le passage d’un chat sur un rebord. Il s’agit d’une image, capturée à un moment précis, et qui n’existera bientôt plus.
La technique utilisée sera le collage papier, à la fois efficace et permettant de faire disparaitre les créations, après la biennale, car nous sommes dans un quartier classé au patrimoine mondial.
Les fresques  murales concernent  les habitations n° 1 bis, 3, 4, 5, 6 et 9  de la partie haute de la montée du Garillan, aboutissant au 24 chemin Saint-Barthélémy.
https://omart.fr/


4-Vieux-Lyon, Cour des Loges :
Exposition Nawelle AÏNECHE
Œuvres d’art créées à l’aide de bandes magnétiques et de fils de soie

Exposition du 23 septembre au 16 octobre 2022 à Cour des loges

Nawelle Aïnèche (née en 1990) est une artiste transdisciplinaire formée au costume de scène à Lyon, puis au tissage. Son travail est centré sur le corps, ses métamorphoses et ses mécanismes. Elle fait partie de la première édition de Création-en-cours des Ateliers Médicis où elle développe un projet autour de la bande magnétique de cassette vidéo.
Ses travaux ont été exposés au Musée Historique de Moscou, en Russie, au Tank Museum en Chine ainsi qu’au Grand Palais à Paris. Avec le soutien des Ateliers Médicis, elle intègre en 2019, La Collection de l’Institut Français et part en Chine, à Canton et Chengdu.
En 2021, elle est en résidence au MacLyon, à la Factatory et aux Ateliers Médicis (TRANSAT) pour son projet « ENTRE ». Elle part également en résidence découverte à la Villa Médicis.
En 2022, elle créait pour sa résidence aux Subsistances de Lyon, « ENTRE », une activation de sculpture dans l’espace public qui vient expérimenter le ma, notion japonaise qui définit le vide comme matière. Elle exposera prochainement à Roubaix, Chambéry et à Migennes en 2023.
Elle est représentée par la galerie lyonnaise Françoise Besson :  https://www.francoisebesson.com/

Les œuvres exposées à la Cour des Loges sont principalement : « Parchemin »,  « Déraisonnable », « A défaut du pardon, laisser venir l’oubli », «les Misérables », et « Enregistrement 1960 », œuvres créées à partir de bandes magnétiques et de fils de soie.
Voir site de l’artiste : https://nawelleaineche.com/textile/

Déraisonnable, 2019, Nawelle Aïnèche
Trois oeuvres, 2017-2021, Nawelle Aïnèche, galerie Françoise Besson

5-Vieux-Lyon, Têtedoie :
Exposition Barbara CARNEVALE : « Trame du silence »

Née en 1984, Barbara Carnevale vit et travaille dans la région lyonnaise. Elle fabrique des formes et des dispositifs sensibles. Remontant des fils et poursuivant des obsessions intimes, elle aborde volume et mouvement de manière simultanée. La recherche d’une fréquence fondamentale émise par les formes perceptives la questionne. Ses recherches mettent en scène, en regard et en mémoire, des projets liant une recherche de formes et son articulation avec le corps acteur et percepteur. Le récit de ce cheminement, la résonance des objets émis et leurs disséminations dans des espaces physiques, cognitifs et psychiques laisse deviner par superposition l’existence et la persistance de contours résiduels, dessinant à leur tour de nouvelles formes qu’elle saisit dans une sorte d’infini indéfini. En quête d’épure et de silence pour parvenir à trouver ce qu’elle ne saurait chercher, elle se débat avec la matière, les mots et sa posture « artistique ». De façon formelle, elle développe un axe de recherche sur la mémoire de l’image, de la perception de l’espace et de l’expérience. Elle s’intéresse aux tentatives plastiques prospectives, liées à la conservation de ce vécu, par la collecte et la restitution des ruines mnésiques. Elle raccroche cela à des questions d’harmonie de formes. 
Elle est représentée par la galerie lyonnaise Françoise Besson :
https://www.francoisebesson.com/representation/barbara-carnevale
Voir le site web de l’artiste :  https://www.barbaracarnevale.com/


6-Vieux-Lyon, Le Bavard :
Exposition Xiaojun SONG et  Claire-Georgina DAUDIN

Xiaojun Song, artiste plasticienne née en 1983 à Wuhan. Diplômée de l’École des Beaux-Arts du Hubei en 2006 (Wuhan, Chine) et de l’École Nationale Supérieure d’Art de Nancy en 2012 (DNSEP). Noir et blanc, plein et vide, visible et invisible. Ses travaux s’attachent à une recherche constante sur leurs relations et leurs compositions. L’emploi de différents modes et thèmes de représentation permet d’exhiber une large palette d’émotions qui peuvent toutes se rapporter à la thématique du Corps et de la Nature. Selon Laozi, “la Voie est le chemin à suivre pour accéder à la Vertu. En tant qu’objet la Voie est absolument vague et indéfinie, mais dans cette indétermination elle possède une forme et une réalité certaine” (Tao Tö King « Le Livre de la Voie et de la Vertu », chap. 21). L’existant et l’inexistant cohabitent ainsi en permanence dans son travail dans une dialectique infinie. Elle est représentée par la galerie lyonnaise Françoise Besson :
https://www.francoisebesson.com/representation/xiaojun-song
Voir le site web de l’artiste : https://xiaojunsong.net/


Par le croisement de strates de matériaux et de bribes de récits, le travail de Claire Georgina Daudin explore la mémoire des territoires. Il révèle les épaisseurs d’histoire qui le composent et montrent des instants incarnés dans la matière. L’architecture et ses avatars (chantier, friches, ruines, conglomérats) servent de motif pour rendre visibles les états de paysages en mutation. Ses œuvres se déploient en corpus, sous des formes variées. Elles se développent en creux: les dispositifs de création visent souvent à accompagner un phénomène déjà présent qu’il s’agirait de révéler selon des processus inspirés de la photographie ou de l’archéologie. Les gestes relèvent du retrait : effacer, gratter, gommer, mouler, estamper. La surface est traitée comme une épaisseur de laquelle les souvenirs peuvent émerger

Dans ses dernières œuvres, elle utilise le cyanotype pour donner une matérialité à l’ombre. Ses grands formats sur papier capturent le dessin éphémère produit par un bâtiment à la silhouette découpée. Les images créées recomposent des ensembles de formes abstraites, monumentales et vibrantes.  

Recouvrements 2022 :
Série d’estampes à l’acétone de photographies imprimées, 65 x 50 cm et 30 x 250 cm
L’usine Alliance, à Pont-Salomon, date de 1850. Son architecture élégante de brique rouge abritait une fabrique de faux et faucilles. Elle est aujourd’hui désaffectée.
J’ai exploré les lieux et j’ai enregistré par la photo ce qui frappe le regard : les formes des bâtiments, les textures des murs, les motifs des ombres…
J’ai composé des estampes à partir de plusieurs photos. En se recouvrant, les strates de détails combinent des images qui évoquent des souvenirs ou des impressions du lieu.
L’aspect arraché et gratté des formes, dont la texture va du pâteux au grain fin, traduit les manques que de tels souvenirs contiennent. 
http://clairedaudin.com/    

Xiaojun Song, 2022
Xiaojun Song, 2022
Claire-Georgina, Recouvrements, 2022
Claire-Georgina Daudin, Recouvrements, 2022

7-Vieux-Lyon, Le Bouchon Rouge
Exposition vidéo-art digital : la fragilité de la société

Accès via un QR code sur chacun des quatre murs à l’intérieur du restaurant, à quatre vidéos-art :
l’écologie, la guerre, la police et la crise sanitaire

Restaurant Le Bouchon Rouge, 2022

8-Vieux-Lyon, Grive
Exposition de Clément MONTOLIO

Artiste peintre, Clément Montolio vit et travaille à Lyon.

Les Mystères évidents de Clément Montolio pourraient apparaître comme un paradoxe de l’esprit. Il n’en est rien.  Le mystère est ici  intellectualisé dans la peinture, il fait corps avec l’œuvre, il est dans l’œuvre, il est l’œuvre. Clément Montolio se libère de l’esthétique afin que le Mystère se laisse apercevoir, mystère au premier sens emprunté au latin mysterium, c’est à dire qui exprime le caractère profond, la vertu inhérente d’une chose. Clément Montolio se libère de l’esthétique comme examen de la nature et du beau pour nous amener au « vrai ». Son œuvre s’inscrit dans l’héritage philosophique de l’autrichien Ludwig Wittgenstein, dans sa recherche sur la notion de vérité et sur le langage, travaillant l’esthétique comme une étape cognitive permettant l’accès à l’intuition et  à la vérité.
Mais la création de l’artiste ne procède pas d’une construction théorique; elle nait d’un élan à la création, de la stimulation d’une intuition, d’une entrée dans la matière.
Il expose  au restaurant Grive notamment la série des soldats, 2011.
Il est représenté par la galerie lyonnaise Françoise Besson.
https://www.francoisebesson.com/representation/clement-montolio
Voir le site web de l’artiste : http://www.clement-montolio.fr/

Clément Montolio, série des soldats, 2011

9-Vieux-Lyon, Food Traboule
Exposition Théophile STERN : Chevaux magiques ; cicatrices fossiles ; et bonne étoile

Né en 1990 dans le Beaujolais, Théophile Abram Balthazar Stern suit une formation en structures métalliques puis intègre les Beaux arts de Paris en 2013 dans l’atelier de Pascale Marthine Tayou.
Convoquant parfois l’histoire des lieux comme notre mémoire collective, à mi-chemin entre chantier et ruines, cultures chrétienne et musulmane, arts plastiques et décoratifs, dans un esprit Gaudien.
Bas-reliefs réalisés à partir d’images hautement définies d’une information diffusée non-stop, bestiaire en céramique représentant des personnalités politiques et autres icônes, etc.
Autant d’archives d’un temps présent à l’obsolescence programmée, constitué de strates multiples et saturé d’actualités en tous genres que Théophile Stern réinjecte et réinvente dans sa fabrique expérimentale qui ne craint pas la confrontation des époques et de leurs artefacts.
Théophile Stern fait partie actuellement du Collectif d’artistes  de l’association lyonnaise gamut :
http://www.asso-gamut.com/2022/09/08/gamut-en-resonance/


Voir le site de l’artiste : https://www.instagram.com/abrambalthazarstern/


Food Traboule est un Food Court lyonnais situé au cœur de la Tour Rose, inscrit au patrimoine mondial UNESCO

Théophile Stern, Bestiaire des deux actualités, 2019
Th. Stern, Bâti n°13, 2018

10-Vieux-Lyon, Le Bœuf d’Argent
Exposition Fabienne Amiel : Carnets de voyage

Fabienne Amiel artiste peintre, illustratrice et carnettiste, a son atelier dans le Vieux-Lyon.

Elle expose au restaurant « Le Bœuf d’Argent », et ouvre son atelier au public au 35 Montée du Gourguillon, la montée historique qui reliait la colline de Fourvière au bord de Saône à  l’époque romaine et au Moyen-Age.
https://www.facebook.com/amielfabienne
https://www.instagram.com/fabienne_amiel/?hl=fr

Visite de l’Atelier de l’artiste au 35 montée du Gourguillon, Lyon 05, jours de visite :
samedi 24 septembre (10h-13h) ; les mardi du 2 octobre au 20 octobre (16h-19h) ; le jeudi et le samedi du 3 au 20 novembre 2022 ; et possibilité de visite sur rendez-vous à amiel.fabienne@orange.fr 

Fabienne Amiel, carnets de voyage

11- Vieux-Lyon, Mandragore boutique
Exposition  Samaneh ATEF

Née à Bandar Abbas, au sud de l’Iran, elle s’est  installée en France en février 2020. Diplômée de l’IAU de Lahijan, en Iran, en ingénierie des technologies logicielles, elle a commencé à peindre sérieusement depuis 2015. Son travail est personnel, réel, et conduit par sa passion et ses émotions. Bien qu’elle utilise différents matériaux et diverses techniques, la plupart de ses œuvres ne sont que des crayons sur du papier.

Son objectif artistique est d’apporter ses compétences et ses capacités en tant qu’Artiste outsider autodidacte, et de diriger les efforts de son travail pour faire une différence pour les femmes et soutenir les droits humains fondamentaux, tout en étant ingénieuse, innovante et flexible. Elle est actuellement résidente au « Grand Large », une association pour la jeune création en Auvergne-Rhône-Alpes : https://www.legrandlarge.org/les-artistes/samaneh-atef
https://www.instagram.com/samaneh_atef/?hl=fr

Samaneh Atef, sexual personae, 202
Samaneh Atef, She saved the world
Samaneh Atef, pen on paper

12- Vieux-Lyon, L’atelier de Saint-Paul
Exposition Niloufar BASIRI

Née en 1985 à Ispahan en Iran, Niloufar Basiri vit et travaille à Lyon. Après les études d’architecture, elle s’initie à la peinture avant d’arriver en France où elle obtient son diplôme à l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole en 2020.
Elle est actuellement résidente au « Grand Large », une association pour la jeune création en Auvergne-Rhône-Alpes : https://www.legrandlarge.org/les-artistes/niloufar-basiri

Dans sa série de broderies à la main sur toile de Jouy, Niloufar Basiri vient incruster des éléments de la miniature persane dans des scènes typiquement françaises où se mêlent corvées du quotidien et fêtes champêtres. Elle crée ainsi un pont entre deux cultures qui, au départ, semblent éloignées. De manière métaphorique, son œuvre exprime les points de jonction entre nos cultures, ce qui nous sépare, et la difficulté pour une étrangère à s’intégrer sans renier ses origines.
https://www.instagram.com/niloufar.basiri/?hl=fr

Niloufar Basiri, broderie dyptique 100*270, 2020

13-Vieux-Lyon, Vitrail Saint-Jean l’Art-Elier

Rencontre entre une artiste et un artisan :
Claire-Georgina DAUDIN et Julien PITRAT

Par le croisement de strates de matériaux et de bribes de récits, le travail de Claire Georgina Daudin explore la mémoire des territoires. Il révèle les épaisseurs d’histoire qui le composent et montrent des instants incarnés dans la matière. L’architecture et ses avatars (chantier, friches, ruines, conglomérats) servent de motif pour rendre visibles les états de paysages en mutation.
Elle va travailler avec Julien Pitrat de l’Art-Elier sur des créations à l’aide du verre de Murano.
http://clairedaudin.com/

Artisans d’art, le couple Stéphanie et Julien Pitrat crée et réalise des pièces uniques en verre teinté, restaure les vitraux anciens et réalise sur mesure des vitraux.
https://lartelier-vitrail.com/
https://www.instagram.com/julienpitrat/?hl=fr

Claire-Georgina Daudin, 2022

14-Vieux-Lyon, Terres d’Eve
Rencontre entre un artiste et une artisan :
Hugo BONNET MASSIP et Eve BILLARD

Hugo Bonnet-Massip est illustrateur et sérigraphe. Diplômé de l’Institut Supérieur des Arts deToulouse et de l’École de Recherche Graphique à Bruxelles, il poursuit sa recherche sur les imaginaires stellaires. La rêverie poétique à laquelle est emprunté l’exploration spatiale au 16e siècle, de par la nature de cette science, permet à Hugo Bonnet Massip de créer des mondes peuplés d’ailleurs, et d’étudier le rapport entre les mondes connus et ceux à imaginer. Au-delà de son travail d’illustrateur, il réalise des video-documentaires et des installations recoupant son intérêt non seulement pour l’art mais aussi pour la science.
Il  fait partie actuellement du Collectif d’artistes  de l’association lyonnaise gamut.
Il va travailler avec Eve (Terres d’Eve) sur des créations à l’aide de la céramique.
http://www.asso-gamut.com/2022/09/08/gamut-en-resonance/
Instagram : https://www.instagram.com/hugo_bonnet_massip/

Terres d’Eve est une boutique-atelier de céramique :
https://www.terresdeve.com/
https://www.facebook.com/terresdeve/

Hugo Bonnet-Massip
Hugo Bonnet-Massip

15-Vieux-Lyon, Broderie Haute Couture Elisabeth Gasbarre Roulleau
Rencontre entre une artiste et une artisan :
Stéphanie GERBAUD et Elisabeth GASBARRE ROULLEAU

Stéphanie Gerbaud est une artiste dont les travaux se concentrent sur deux matériaux, le papier et l’argile, grâce auxquels elle propose des réflexions autour de la notion de territoire.
Les cartes et les plans sont le point de départ de possibles géographiques qu’elle explore.
Brouiller les habitudes de lecture linéaire d’un plan, révéler une dentelle urbaine ou le vide laissé par la disparition de l’espace privé, sont autant de pistes qui lui permettent de sonder l’intimité du territoire.
Elle propose, avec Elisabeth Gasbarre Roulleau, brodeuse, une approche textile du plan et met à jour la possible fragilité des différents réseaux qui irriguent le cœur de la cité lyonnaise : fleuves, rues, avenues…
Stéphanie Gerbaud fait partie actuellement du Collectif d’artistes  de l’association lyonnaise gamut :
http://www.asso-gamut.com/2022/09/08/gamut-en-resonance/
https://gerbaudstephanie.wixsite.com/stephaniegerbaud

Atelier Elisabeth Gasbarre Roulleau, boutique, cours de broderie et formations certifiées (options Haute Couture Niveau I II III IV  IV & Brode) :
http://www.elisabethroulleau.com/
https://www.instagram.com/elisabethgasbarrebroderie/?hl=fr

Stéphanie Gerbaud, début de broderie
Stéphanie Gerbaud, début de broderie
Stéphanie Gerbaud, début de broderie

16-Vieux-Lyon, Tribu des Gones

Rencontre entre un artiste et une artisan :
BLEG et  Carine CHOLLAT

BLEG, artiste de la jeune scène lyonnaise, son dessin automatique est guidé par le vocabulaire symbolique et graphique qu’il a développé, et il présente ses créations comme des « poèmes visuels » que le public peut ensuite essayer de déchiffrer.
Il va créer quelques séries  dédicacées pour impression sur textiles personnalisés à l’occasion de la Résonance dans le Vieux-Lyon de la Biennale 2022 d’art contemporain, en partenariat avec la boutique « Tribu des Gones », made in Lyon.
https://www.blegandapen.com/about

Tribu des Gones, boutique et créateur de souvenirs de Lyon : https://tribudesgones.com/

Bleg, mural pour architecte Chabanne, création 2021